Chargement des activités

« Toutes les activités

  • Cet événement est terminé

Agir pour la Vie sur Terre  : formation à l’activisme écologique

mercredi 12 février à 18 h 00 min - dimanche 16 février à 18 h 00 min

Du 12 au 16 février

La Vie sur Terre se meurt. À un rythme beaucoup plus important que la norme naturelle. Le taux d’extinction des espèces y est de 100 à 1000 fois supérieur. Nous sommes en train de vivre la 6ème extinction de masse de l’histoire de la Terre. Changements climatiques, déclin de la biodiversité, pollutions extrêmes du sol, de l’eau, de l’air. Aussi vrai que la Terre est ronde, la science démontre sans équivoque que ce sont les activités thermo-industrielles qui provoquent cet écocide et génocide. Il est d’ailleurs injuste de considérer l’humanité entière comme responsable en parlant d’anthropocène. Remettons les choses à leur place et parlons de capitalocène, cette époque où un système économique mondialisé a détruit, tué, et massacré la Vie sur Terre.

Tout aussi grave, ce système patriarcal et capitaliste, qui a pour seul objectif la croissance du profit pour une minorité avide, provoque des inégalités économiques et sociales massives. Les milliardaires sont toujours plus riches et plusieurs milliards de personnes et d’êtres vivants vivent toujours plus mal. Les crises sont migratoires, financières, politiques, elles touchent tous les niveaux. Enfin, absolument rien ne prouve qu’un effondrement de la société mette fin à ces inégalités.

Nous ne nous laisserons pas faire. Nous, citoyen·ne·s du monde entier, sommes en train de résister à cette course infernale et destructrice. Partout sur Terre, divers mouvements, participant à une convergence des luttes, tentent de bloquer, arrêter, faire tomber ce système insensé.
Bien que cette situation puisse générer énormément de colère de par les injustices qu’elle provoque, la stratégie de rébellion que nous encourageons est profondément non-violente. Et ceci, parce que nous avons besoin d’être des millions dans les rues, que nous avons besoin de toutes et tous, sans exception, dans une inclusivité totale. Nous respectons néanmoins la diversité des tactiques, car la plus grande violence est bien celle exercée par ce système mortifère. Mais c’est probablement par la non-violence que nous la mettrons en évidence et que nous nous unirons dans cette lutte.

Contenu de la formation

Cette formation à l’activisme écologique sera essentiellement basée sur le Travail qui Relie, un processus de reconnexion à la nature, aux autres et à soi, honorant nos émotions (la colère notamment, mais aussi la peur et la tristesse) pour la destruction de notre monde, permettant le changement de paradigme tant attendu et fournissant toutes les ressources pour passer à l’action. C’est une méthode qui fait ses preuves depuis 40 ans, créée par Joanna Macy pour agir au nom de la Vie sur Terre et éviter le burn-out militant. En créant des liens forts, ce stage nous permettra de trouver les ressources nécessaires dans la nature et avec les autres participant·e·s pour agir avec force et détermination, sans nous épuiser. La culture régénératrice d’Extinction Rebellion s’est d’ailleurs fortement inspirée de son travail (voir ici, ici, ou encore ici). Pour un aperçu des fondements théoriques et étapes de cette méthode, vous pouvez visiter cette page de Pôle Sud.

Dans un souci d’inclusivité, cette formation mettra l’accent sur le rôle que chacun·e peut jouer dans cette lutte. Cela signifie que pour répondre à une pluralité de personnalités, nous vous accompagnerons pour trouver votre place dans cette résistance commune pour protéger la Vie sur Terre : désobéissance civile, soutien moral, réflexion stratégique, communication, facilitation, etc. De plus, en fin de stage, nous vous proposerons divers ateliers à choix qui vous permettront d’affiner votre engagement : gouvernance partagée, organisation d’actions, stratégie globale, médiation de conflits, pleine conscience, communication non-violente, écorituels, permaculture humaine.

Quand ?

Du 12 février à 18h au 16 février 2020 à 18h. Il est indispensable d’être présent·e durant toute la formation.

Où ?

Dans un refuge des Préalpes fribourgeoises, dans le calme de la nature.

Repas

Nous cuisinerons des repas végétaliens, bio et locaux deux fois par jour. Nous vous inviterons donc à une forme de frugalité tout en laissant la possibilité de grignoter si besoin.

Public cible

Toute personne désirant s’engager dans l’activisme écologique, pouvant se permettre ou non la désobéissance civile.
Toute personne déjà impliquée dans un collectif en lutte (Extinction Rebellion, Grève du Climat, Grève Féministe, Droit de Rester, etc.).
La formation sera limitée à 25 personnes maximum, mais n’hésitez pas à vous inscrire sur la liste d’attente.

Délai de réponse

9 février 2020

Intervenant·e·s

Micaël Metry : Après des études de géographie, je me suis formé à l’écopsychologie et à l’accompagnement individuel et collectif. J’ai animé le Travail qui Relie pour des groupes au sein d’Extinction Rebellion, la Grève du Climat, l’Université de Lausanne ou Alternatiba et souhaite continuer à soutenir les mouvements qui vont dans le sens d’un changement de paradigme. J’ai aussi co-fondé le Réseau Transition en Suisse romande dans le but de contribuer à l’émergence d’une société résiliente et inspirante.

Sylvie Jungo Ayer : Écoféministe et spécialiste des inégalités sociales, mon chemin m’a conduit vers la formation d’adultes et l’animation socioculturelle. Après avoir découvert la permaculture, je me suis formée à la facilitation de dynamiques participatives et gouvernance partagée. Je propose aux collectifs écoresponsables d’autres façons de « faire ensemble », vers plus de bien-être, de coopération et d’intelligence collective. J’anime des ateliers de Travail qui Relie, et j’ai à cœur de permettre à chacun·e de s’émerveiller de la magie du Vivant.

Nikola Sanz : Psychologue aux multiples influences, je lie aujourd’hui travail psychologique et engagement écologique ; le développement de relations saines et pacifiées tant avec soi-même et qu’avec le monde qui nous entoure. J’accompagne individuellement – notamment quant aux difficultés liées à la crise climatique et écologique en cours – et donne des ateliers de communication non-violente, gestion de conflits, gestion des émotions et écopsychologie.

Florence Ducrocq : Spécialisée dans les enjeux d’inégalités sociales et de migration, je m’intéresse en particulier à l’inclusion de tou·te·s dans les interventions sociales et de santé ainsi que dans les mouvements sociaux. Avec mon bagage en promotion de la santé et en marketing social, mon apport est dans le soutien des personnes ou des associations à l’élaboration de leurs actions. Je me vois comme une accoucheuse d’idées ou de projets personnels. Formée en écoute active et en validation des émotions, j’anime aussi des ateliers de Travail qui Relie.

Pascal Jungo : Après des études HES en travail social, je travaille actuellement en tant qu’éducateur de rue. Je pratique et enseigne la capoeira depuis longtemps, avec comme intention de la faire évoluer pour la mettre au service d’une libération de notre mode de vie matérialiste. Passionné de rituels et rites de passage, je me suis formé comme praticien en écorituels et j’anime des ateliers de Travail qui Relie. Formé en gouvernance partagée et en permaculture, j’aime mettre ces approches au service des individus et collectifs.

Participation consciente

La participation consciente contribue au changement de paradigme. Elle propose un questionnement dans notre rapport à l’argent et notre façon d’échanger nos richesses. Cette forme de rémunération ou de paiement nécessite de la conscience autant pour être proposée que pratiquée. Elle est une expérience directe et non une théorie. Pas toujours confortable, elle ouvre un chemin de transformation individuelle et collective. Dans une société où sont présentes de fortes inégalités de revenus, elle permet la solidarité entre les participant·e·s à un même atelier et une responsabilisation collective. Nous avons confiance dans le fait qu’une forme d’autorégulation va s’instaurer dans le groupe pour obtenir un montant global qui soit juste.

Comment cela fonctionne-t-il ? Les 7 règles

  1. C’est la somme en francs que vous souhaitez ou pouvez donner en conscience pour ce que vous avez vécu. Cela inclut le logement et les repas. Aucun prix ne sera donc exigé ou proposé mais la participation est obligatoire.
  2. La remise se fait à la fin de l’expérience de façon non-anonyme sous enveloppe à votre nom et sans justification du don réalisé. Pourquoi le non-anonymat? C’est une manière pour que chacun·e assume pleinement ce qu’il·elle peut ou veut donner.
  3. Elle fait toujours l’objet d’un temps d’explication en début et de partage en fin d’expérience.
  4. Le montant total récolté, la moyenne, le montant le plus bas et le plus haut seront annoncés en fin d’atelier comme retour aux participant·e·s.
  5. La participation consciente ne signifie pas la gratuité.
  6. Nous vous demandons de vous inscrire en payant 100 CHF pour réserver votre place. Cet argent vous sera rendu lors de la participation consciente.
  7. Pour des raisons d’organisation et pour avoir trop souvent vécu de nombreuses annulations quelques jours avant la formation, nous vous prions de bien vouloir nous avertir jusqu’au 31 janvier 2020 de votre désistement à la formation. Nous vous demanderons une participation financière de 100 CHF si vous annulez passé ce délai (sauf en cas de force majeure) sans avoir trouvé quelqu’un pour vous remplacer.

Inscription

Inscrivez-vous en ligne ici.

Détails

Début :
mercredi 12 février à 18 h 00 min
Fin :
dimanche 16 février à 18 h 00 min
Catégories:
, , , ,

Organisateur

Pôle Sud – Nature & Santé
Téléphone :
021 311 50 46
Courriel :